Aceptar

Utilizamos cookies propias y de terceros para mejorar la experiencia de navegación y ofrecer contenidos y servicios de interés.
Al continuar con la navegación, entendemos que se acepta nuestra política de cookies.

Plus de soutien pour ceux qui aident le plus

Votos

(Total de votos recibidos 198)

(Puntuación 2,86)

Plus de soutien pour ceux qui aident le plus
La Fondation des services sociaux alloue plus de 600.000 euros aux organisations humanitaires
La présidente de la Fondation municipale de services sociaux et conseiller, Mme Esperanza Fernández, a signé once accords avec six organisations qui travaillent avec les collectifs en risque d'exclusion sociale : Caritas, Proyecto Hombre, Cocina Económica, auberge Covadonga, Fondation Siloé et Congrégation des adoratrices. Le budget est chiffré en 640.000 euros et il financera des programmes adressés aux toxicomanes, aux «sans toit », aux prostitués et aux infirmes du sida, entre autres. La Mairie de Gijón a avoué l'inefficacité de ses interventions si ne s'était pas pour le travail de ces associations cependant peu reconnu. Le président de Caritas aux Asturies, M. Adolfo Rivas a annoncé que l'argent sera utilisé à des actions concernant quatre axes : le bureau municipal d'attention au clochard, des ateliers adressés aux femmes, du logement d'accueil et les alcooliques. De sa part, le responsable de l'auberge Covadonga, M Lorenzo Mariña a remarqué le changement du profil des personnes s'adressant à l'auberge : des personnes âgées, la plupart des alcooliques, à d'autres collectifs comme de jeunes toxicomanes. Il s'agit de personnes avec une vie déstructurée et avec très peu de possibilités de récupération. Néanmoins, l'auberge travail avec tous et offre un logement aux personnes qui ne peuvent pas être réhabilitées. Le programme SICAR, dirigé par la Congrégation des adoratrices, s'adresse aux femmes qui veulent quitter la prostitution. Mme Rosa Martín, représentante du programme, a expliqué le travail de SICAR qui cherche la réinsertion sociale de ce groupe à travers la consultation psychologique et juridique. SICAR offre logement et de l'aide dans la recherche d'un travail. La dépendance au centre continue jusqu'au moment où les femmes sont économiquement indépendantes. Le président de l'association de la charité à Gijón, M. Pedro González, soulignait le travail de Cocina Económica (Cuisine économique) qui sert 250 petits-déjeuners, déjeuner et dîners ainsi que du logement. La plupart des usagers sont de jeunes toxicomanes auxquels il est offert un atelier occupationnel. Pour sa part, M Luis Manuel Flórez, président de l'association Proyecto Hombre (Projet homme), mentionnait que l'accord signé contribue à la réinsertion sociale et professionnelle des toxicomanes ainsi qu'au travail avec leurs familles et au procès de réhabilitation. Une partie du budget est accordé à la Fondation Siloé, dirigé par José Antonio García Santaclara, qui travaille avec le collectif des personnes atteintes du Sida. La Fondation dispose aussi d'un centre de jour pour les personnes en risque d'exclusion sociale et un autre pour des mineurs de caractère préventif.